[Review] To Your Eternity tome 1

[Review] To Your Eternity tome 1

Les opérations telles le Free Comic Book Day, dont on aura l'occasion de vous reparler bientôt, ou ici les 48 heures de la BD permettent de découvrir des œuvres pour une somme modique. Malheureusement, je n'ai pas eu la possibilité de me déplacer en librairies à ce moment-là. Mon dévolu s'est donc posé sur les titres disponibles sur Amazon qui m'intéressaient un minimum, à savoir Tenjin et d'un autre manga, celui dont on va parler aujourd'hui, To Your Eternity.

Le premier tome du manga de Yoshitoki Oima nous présente une sphère mystérieuse et immortelle, possédant la faculté de se métamorphoser au contact d'une stimulation. Le narrateur, qui reste lui aussi bien obscur, est celui qui a déposé cette sphère sur Terre pour observer son comportement. Elle peut mourir sans problèmes puisqu'elle a la capacité de ressusciter au bout d'un court laps de temps. Le lecteur suit donc son évolution jusqu'à sa rencontre avec un enfant vivant seul dans un village en ruines.

Une particularité de ce premier tome est qu'il raconte deux histoires relativement distinctes : la première avec l'enfant solitaire, rejoint par la sphère métamorphosé en son loup Joan, en quête du Paradis. C'est après ce premier long chapitre que la véritable histoire commence dans le village de Ninnana lors de la préparation du rite sacrificiel en l'honneur du dieu Oniguma.

La segmentation implicite du manga en deux parties permet de bien mettre en place les enjeux du jeune garçon seul, premier compagnon humain de la sphère. Son histoire sert de prologue à la suite du récit sans réellement l'impacter durant ce premier tome en tout cas. Pourtant, on s'attache à cet enfant, plein d'espoir et d'optimisme au départ qui va, au cours de son périple, subir une désillusion brutale. Il va devenir alors lucide quant à sa situation sans sombrer totalement dans le pessimisme, devant les yeux observateurs de son compagnon qui ne comprend pas le monde qui l'entoure. Sa solitude est représenté par les décors très vides et infiniment blancs autour de lui. Cette première partie s'achève dans un climat maussade et déprimant, bien loin de l'air enjoué du garçon lorsqu'il retrouve son loup Joan au début du chapitre. De fortes émotions sont suscitées par ce duo au cours de leur voyage. Le seul reproche que j'ai à faire à ce prologue est le monologue que le protagoniste est contraint de développer tout au long du chapitre. Il parle à Joan, qui ne peut évidemment pas lui répondre, et le lecteur se retrouve donc face à une discussion à sens unique qui peut paraître énervante à la longue. Je pense qu'il aurait été judicieux de minimiser la parole du garçon pour accentuer sa solitude et le vide qui l'entoure, même si sa personnalité aurait été bien moins développée. Ce n'est donc pas réellement un point négatif, mais simplement une caractéristique du premier chapitre qui m'a moins plu ! ^^

La seconde partie du manga présente beaucoup plus de lieux, de personnages et de pistes pour la suite de l'histoire. Le personnage de March, une enfant du village de Ninanna, destinée à être sacrifiée au nom du dieu Oniguma. Palona, qui semble être une guerrière, est son modèle et tente de la sauver de son destin funeste. Hayase, du village de Yanome, est chargée d'assurer la protection de March jusqu'à son arrivée à l'autel sacrificiel. Vous le ressentez sûrement avec ce bref résumé, mais cette seconde histoire qui se développe au-delà de ce premier tome est bien plus riche et dense que le prologue. D'ailleurs, le contraste est marqué visuellement entre les deux parties. Alors que le premier chapitre se constituait principalement de décors enneigés et vides, la deuxième partie possède des décors sylvestres fournis, bien plus chargés que précédemment. Pourtant, le même décalage entre naïveté enfantine et désillusion macabre subsiste, cette fois à travers le destin de March. Les deux parties du manga sont liées entre elles par la rencontre de March avec la sphère dans sa nouvelle forme. Malgré sa nouvelle apparence physique, elle n'a quasiment pas évolué depuis le prologue, et ne sait donc ni communiquer, ni même manger correctement. March, dans sa douceur et sa gaieté d'enfant, le remarque et choisit de devenir sa maman de substitution en quelque sorte. La relation entre elle et Imm, nom qu'elle décide de donner à la sphère, est touchante et donne envie au lecteur de la voir se développer au fil des tomes. Hayase, dont la première apparition rappelle le personnage de Michonne dans The Walking Dead et ses deux zombies de compagnie, paraît être froide et inhumaine durant la majeure partie du manga mais se révèle relativement compréhensive à la fin de ce premier tome. Toute cette équipe de fortune se retrouve donc à se rendre vers Yanome, le village de Hayase. Il semble d'ailleurs bien plus évolué et massif que le petit village de Nannini dont viennent March et Palona.

 

 

Le premier tome de To Your Eternity est une bonne entrée en matière dans cet univers teinté à la fois d'un optimisme infantile pur et d'une profonde maturité obscure qui vient fragiliser les personnages principaux des deux parties du manga. L'aventure développée dans la seconde moitié se met en place ici, les personnages principaux sont présentés au lecteur et le lien entre celle-ci et le premier chapitre s'établit. Le début des péripéties de March et d'Imm l'Immortel sont pleines d'actions et d'émotions. Elles donnent envie d'en savoir plus sur cette mystérieuse sphère pouvant se métamorphoser, mais aussi les péripéties qui attendent Palona, Hayase et le reste de leurs compagnons une fois arrivés dans le village de Yanome.

C'est donc une oeuvre de qualité qui a été proposé à prix réduit dans le cadre des 48 heures de la BD. On verra bientôt si Tenjin, le second manga proposé est lui aussi une lecture intéressante ou non. En attendant, je vous remercie de m'avoir lu et je vous retrouve très bientôt sur le blog ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *