[Interview] Kamiti éditions !

Tout d’abord bonjour à vous les éditions Kamiti !

1)      Présentez-vous ainsi que la maison d’édition aux lecteurs du site ! (créateur(s), date de création, présentation de la maison d’édition)

Bonjour !

Je me prénomme Jean-Christophe, j’ai la quarantaine passée, et j’ai fondé les éditions Kamiti en 2016. Cela n’a pas été une décision simple et rapide à prendre à vrai dire. L’envie était là depuis plusieurs années, mais tout ce que je pouvais lire sur le marché de la BD, sa surproduction, la difficulté à percer, etc... Bref, tout m’indiquait de ne pas y aller. Si vous faites un business plan avant de vous lancer dans la BD, alors vous ne vous lancerez jamais. Ce qui m’a décidé à franchir le pas c’est que, malgré l’abondance d’excellentes BD, je ne trouvais pas toujours celles que je voulais lire.

Kamiti est donc maintenant lancé, avec pour objectif de publier en priorité de la BD « franco-belge », et par à-coups, un peu de Comics US.

2)      Pourquoi avoir choisi Liberty : Deception comme première publication, expliquez-nous le processus de publication de celui-ci  ?

Je ne voulais pas essuyer les plâtres sur une « créa » (une création originale).  N’ayant rien à voir avec le milieu de l’édition (je travaille dans l’industrie électronique), je ne voulais pas faire des erreurs de débutant sur une création à 20 ou 25 000 euros de budget. Je suis tombé sur Liberty en parcourant une plateforme de crowdfunding. J’ai été séduit par la volonté des auteurs de créer un univers complet. Tout a été pensé dans l’univers de Liberty : la langue, l’alphabet, l’architecture de la ville, les uniformes, etc. Cela m’a plu. C’est très anglo-saxon finalement. Les auteurs français s’attachent davantage à l’histoire et aux personnages. Les anglo-saxons veulent planter le décor. Ils créent des univers dans leurs moindres détails. Regardez Games of Thrones ou Le Seigneur des Anneaux par exemple, pour ne prendre que deux récits parmi les plus connus. Je me suis donc dit que Liberty ferait l’affaire pour lancer la machine et me faire la main (demander mes numéros ISBN, faire une maquette, faire imprimer le livre par exemple). Bref, expérimenter toutes ces choses qui peuvent sembler faciles mais qui sont autant de nouveautés quand on débute dans l’édition.

Bref, après avoir choisi Liberty, j’ai négocié les droits et fait un peu de crowdfunding. En plus de ces premières étapes, j'ai aussi fait traduire l’album et fait faire la maquette.  J’ai aussi fait réaliser une couverture « spéciale » pour l’édition française car les couv’ US ne me plaisaient pas. Tout ne s’est finalement pas si mal enchainé. J’ai fait quelques erreurs mais j’ai appris de celles-ci et je sais désormais que si je devais le refaire, je le ferai un petit peu différemment. Malgré tout, je ne suis pas mécontent du résultat. Ce n’est pas le meilleur des comics, loin s’en faut. Mais il se lit bien, et c’est le principal.  

3)      Comment voyez-vous le métier d’éditeur ? Quelles sont vos ambitions en tant que maison d’édition ? Que pensez-vous amener de plus dans le milieu, étant donné que de nombreux acteurs du domaine sont déjà bien implantés en France ? Quels sont vos futurs projets ou projets en cours ? (Avec ou sans spoil !)

Editeur, c’est pour moi avant tout raconter des histoires. C’est cela qui me plait. Ensuite, j’aime bien la relation avec les auteurs. Je n’en connais encore pas beaucoup, mais les premiers contacts que j’ai eu m’ont déjà beaucoup plu. Mon premier objectif en tant qu’éditeur est simple : ne pas perdre de l’argent ! Il y a 380 éditeurs de BD en France, 80 qui disparaissent chaque année et 80 qui arrivent. C’est ultra dur de percer. On parle beaucoup de Delcourt et Boudjellal avec Soleil, mais pour 2 succès flamboyants des 30 dernières années, combien de faillite ? Si je dois arrêter dans quelques années parce  que le succès n’est pas au rendez-vous, j’espère que je n’y aurai pas laissé trop de plumes. Pour ma famille et ma retraite… *rires*

Ceci dit, j’ai évidemment plus d’ambitions que cela. Mon vrai bonheur serait de publier une vingtaine ou une trentaine de BD chaque année et de me payer un salaire en tant qu’éditeur; je veux dire de me consacrer à Kamiti à 100%.

Ce que je vais essayer d’amener ? Des BDs que l'on ne trouve pas chez les autres. Un exemple : de la science-fiction « réaliste ». Celle qui vous amène à réfléchir au devenir de l’homme et à sa place dans l’univers par exemple. Une SF style 2001 : L’odyssée de l'espace ou Interstellar.  Je ne ferai d’ailleurs pas seulement de la SF. De manière générale, je veux éditer des BDs « denses », qui se lisent en 1 heure plutôt qu’en vingt minutes. Le lecteur doit pouvoir s’évader. Si j’osais, je dirai que je veux prendre possession du cerveau de lecteur pendant 1 heure et qu’à la fin il se dise « ouah, j’ai voyagé là…. ». Bon, je m’emballe, mais voilà l’idée : densifier les récits. Offrir 1 heure de lecture, amener de l’évasion ! Cela se fera progressivement.  

Ensuite, on a 5 projets dans les tuyaux pour 2019.  RED SUN 2 évidemment. Mais de tout cela, je vous en parlerai un peu plus tard !

4) Quelles sont les prochaines parutions de prévus au catalogue de Kamiti ?

Au printemps, 2 BDs au format franco-belges, des créations originales, vont paraître. La première se dénomme RED SUN. C’est le 1er tome d’un diptyque de Science-Fiction. A vrai dire, l’histoire a été écrite en 3 cycles de 2 tomes. Si le succès suit après le 1er cycle, alors on lancera la suite. L’histoire raconte un futur où l’humanité se retrouve « esclave » d’une race alien supérieure. Les humains ont été transportés dans un système stellaire proche de celui de la Terre pour exploiter des ressources minières. Les Aliens ont implanté un inhibiteur génétique au sein de l’ADN humain, privant les hommes de toute envie de rébellion. Après plusieurs générations d’esclavage, tout le monde a oublié pourquoi l’humanité en est là, et celle-ci se meurt, incapable de se révolter, sans espoir de vivre des jours meilleurs. Jusqu’au jour où un incident va déclencher toute une mécanique et offrir aux humains une espérance de rébellion. RED SUN a été scénarisé par Stéphane Louis, qui a plus d’une quarantaine de publications à son actif. Soit en tant que scénariste, soit en tant que dessinateur. Il a fait un travail remarquable sur RED SUN. Au dessin, c’est une jeune artiste italienne, qui nous a magnifiquement séduits à chaque nouvelle page qu’elle a créée !
Ensuite, un moins plus tard, on va sortir Aeka, une oeuvre de Japan Fantasy. Une petite fille voit ses parents massacrés par un tueur qui la recueille. Il la forme ensuite pour qu’elle accomplisse sa vengeance. Dit comme cela, cela peut paraître contradictoire, surprenant, un peu torturé d’esprit. Mais on est dans la grande tradition du code d’honneur Japonais. Il faut bien entendu lire le récit pour comprendre le fin mot de l’histoire. Aeka est le 1er album de « créa » que j’ai signé. Là encore, quelle chance ! Fuat Erkol et Christian Simon ont scénarisé le récit. Ils ont fait un travail remarquable. Ils ont installé des changements d’atmosphère tout au long du récit. Aeka peut devenir une série de one-shot, comme dans la grande tradition de la BD franco-belge. Ce personnage a un potentiel incroyable. J’espère vraiment que le public suivra car Aeka peut avoir un grand destin.
Côté dessin Fabrizio a rendu un super travail. Son trait est du réaliste franco-belge, et sa couleur fait penser aux dessins animés japonais des années 80. Il a un style « fusion ». Il fait partie de cette nouvelle génération élevée aux Mangas, qui combine le meilleur des 2 mondes.

5)      Quelle œuvre aurais-tu voulu publier chez Kamiti Editions (Tout auteurs & dessinateurs confondus, même œuvres déjà publiées chez la concurrence !)

Il y en a des tonnes. Mais je dirai Universal War, Le Troisième Testament, Long John SilverChâteau des étoiles par exemple pour ce qui est du contemporain. Mais vraiment, je pourrai en citer des dizaines. J’espère donc ne froisser personne… *rires*

6)      Ton œuvre préférée, une pépite méconnue à conseiller, ton dessinateur et ton scénariste préférés ?

J’en ai beaucoup. Impossible de tout citer. Je vais répondre différemment. Ce qui m’a construit en tant que lecteur BD c’est Tintin, Blake et Mortimer et Buck Danny. Il y a 3 BDs que j’ai dû relire des dizaines de fois étant plus jeune : Objectif Lune, On a marché sur la Lune et l’Énigme de l’Atlantide. A tout jamais, ces BDs m’ont marqué.

Plus proche de chez nous, parmi les contemporains, il y a des dizaines d’auteurs que j’admire. J’ai envie d’en citer un, c’est Alexe Alice. Son Château des Etoiles est sublime, un vrai conte moderne pour les plus grands comme pour les plus petits. C'est un chef d’œuvre. Il faut absolument que quelqu’un en fasse en dessin animé, voire un film !

 

7)      Un dernier mot pour les lecteurs du site qui liront cette interview ?

Achetez mes livres ! *rires* Je plaisante à demi, évidemment. Mais sérieusement, je vise la qualité. Donnez-moi votre chance et je pense que vous ne le regretterez pas ! 

Merci beaucoup à toi Jean-Christophe pour le temps que tu nous as accordés pour cette interview, mais également pour les pages illustrant l'articles provenant des futures sorties Red Sun et Aeka ! Nous te souhaitons tout le meilleur possible pour la suite !

N'hésitez donc pas à jeter un œil au site de Kamiti éditions et à vous procurer Liberty: Deception qui est une première publication bien sympathique ! : http://www.kamiti.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.