[Review] Legenderry Red Sonja

[Review] Legenderry Red Sonja

Rappelez-vous, dans un temps lointain... L'année 2017 précisément. Mon confrère Wade vous avait parlé de Legenderry : une aventure Steampunk dans une review qui ne portait alors pas encore cet intitulé. Aujourd'hui, en l'an 2018, repartons ensemble sur les terres de Legenderry pour découvrir Legenderry Red Sonja. Comme son nom l'indique, cette histoire met en lumière la guerrière amazone partant dans une aventure à bord de son navire. Celle-ci se passe après Legenderry, dont Sonja était l'un des personnages centraux, et contient des éléments de spoils de cette première aventure steampunk. La série se voit scénarisée par Marc Andreyko, qui a écrit, par exemple, du Blade et du Wolverine à la fin des années 90. Avec Brian Michael Bendis, il a co-écrit Torso également. Le monsieur a même eu le luxe d'écrire une série Supernaturals toujours pour Marvel. Malheureusement pour les fans, ce comics ne concerne pas les frères Winchester mais une obscure équipe avec Ghost Rider et Black Cat en têtes d'affiche. Aux dessins, on retrouve Aneke, que l'on avait pu voir à l’œuvre sur Red Sonja : Le Trône du faucon, dont Wade vous avait également parlé il y a fort fort longtemps. La dessinatrice espagnole est épaulée par Juanan Ramirez, assez inconnu au bataillon pour ne rien vous cacher. Il a illustré Lady Demon : Hell to pay et une partie d'Avengers : Back to Basics pour le Marvel's Fresh Start. Les présentations étant faites, partons maintenant à l'abordage de cette première aventure solo dans l'univers de Legenderry !

Après un long voyage sur son bateau, Red Sonja va être embarquée dans un combat contre Victor Frankenstein ! Elle pourra compter sur l'aide de la Fiancée de Frankenstein pour retrouver le docteur Woychek, enlevé par les horribles sbires du savant fou. L'histoire n'a rien de fondamentalement novateur en son sein. En dépit de ce manque d'originalité, elle a tout de même le mérite d'être plaisante à lire et terriblement efficace. Là où Legenderry prenait son temps pour présenter la multitude des personnages du récit, ici les projecteurs sont rivés sur Red Sonja, qui était déjà la protagoniste principale dans l'histoire de base. De ce fait, l'action s'enclenche beaucoup plus vite et les scènes d'affrontement sont légions. Pour autant, on apprend tout de même à connaître les nouveaux personnages importants, à savoir le docteur Frankenstein et sa fiancée.

L'antagoniste, Frankenstein donc, n'a rien de charismatique cependant. Véritable cliché des méchants, il peine à convaincre que ce soit au niveau de son caractère ou de ses motivations en tant que vilain. Il m'a malheureusement fait penser à un mix raté entre la mouture cinématographique d'Ultron dans Avengers 2 et du Docteur Moreau, déjà présent dans Legenderry et qui avait lui aussi créé des sbires mi-hommes mi-animaux. Malgré tout, son armée de créatures permettent des combats rythmés et graphiquement appréciables. De plus, son bras droit, qui n'est d'autre que le Capitaine Nemo, se révèle être l'un des personnages les plus puissants et les plus intéressants de l'univers de Legenderry selon moi (qui n'est lu que Legenderry et cette histoire sur Red Sonja). Il donnera du fil à retordre à l'amazone autant qu'il lui viendra en aide. La relation entre les deux personnages que tout oppose a priori se montre très intéressante ! Entre camaraderie inespérée et blagues salaces dont Red Sonja raffole, leur duo fonctionne bien, et m'a davantage convaincu que le duo Red Sonja/Fiancée de Frankenstein, malgré que ce dernier soit bien travaillé également. Les relations entre les nouveaux personnages et Red Sonja sont globalement intéressants et constituent l'une des forces du récit.

L'un des atouts de l'univers steampunk de la licence Legenderry est de savoir intégrer intelligemment de nombreux personnages de la littérature classique et des licences de l'éditeur Dynamite. Le procédé s'était montré efficace et bien pensé dans la première histoire, et il continue ici de proposer des ajouts intéressants et réfléchis. Le Nautilus de Vingt mille lieues sous les mers apparaît donc dans cette histoire de l'amazone, avec Victor Frankenstein et le capitaine Nemo zombifié à son bord. On retrouve aussi Pierre Arronax du même roman de Jules Verne, contraint d'aider Frankenstein dans ses machinations. Avec la fiancée de Frankenstein qui campe un rôle essentiel dans ce Legenderry Red Sonja, tout ce beau monde est intégré à la licence sans que cela paraisse forcé ou incohérent.

Graphiquement, l’œuvre pèche un peu. Les dessins restent corrects et ne gâchent pas le plaisir de la lecture, fort heureusement. Pourtant, je trouve que les visages, surtout celui de Red Sonja, m'ont posé problèmes. L'amazone à la libido libérée paraît sacrément marquée par la vieillesse, alors qu'elle n'est clairement pas prête à prendre sa retraite... Néanmoins, lorsqu'un visage est au centre d'une case, un effort se ressent même si je n'ai pas toujours été convaincu. Je vous laisse en juger avec un exemple ci-dessous. Par contre, force est de constater que le style d'Aneke et de Ramirez fonctionne à merveille lors des scènes d'action, où violence et hémoglobine abondent.

Que ce soit du point de vue du scénario ou des dessins, Legenderry Red Sonja n'est pas parfait. Pourtant, il serait hypocrite de ne pas admettre le plaisir que j'ai pris à suivre cette nouvelle aventure dans l'univers steampunk créé par Bill Willingham. Ici, Marc Andreyko propose une nouvelle aventure pour la diablesse à l'épée avec son lot de nouveaux personnages issus de la littérature classique tout en traitant en filigrane les conséquences de Legenderry. Les personnages iconiques de Frankenstein et de Vingt mille lieues sous les mers font leur apparition dans l'univers steampunk caractéristique à la licence avec justesse. Leur présence dans ce monde n'a rien de choquant ou d'insensé, et chacun des nouveaux personnages se révèlent importants. Malheureusement, Victor Frankenstein peine à convaincre dans son rôle de méchant. On se consolera avec sa fiancée, bien mieux écrite et plus intéressante dans cette histoire. La voir faire équipe avec Red Sonja est aussi étonnant que plaisant ! Legenderry Red Sonja ne restera pas dans les mémoires du grand public, mais continue d'explorer un univers original avec une histoire classique et efficace. Un bon moment de lecture en perspective pour les fans du personnage et des terres de Legenderry !

Merci à vous d'avoir lu cette review ! Celle-ci terminée, je remercie également l'éditeur Graph Zeppelin de nous avoir permis de la rendre possible ! Sur ce, nous nous retrouvons rapidement, sur les terres de Legenderry ou ailleurs ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.